Bonne resolution echec

Pourquoi nos bonnes résolutions sont-elles vouées à l’échec ?

Cet article est également disponible au format Audio, pour cela il vous suffit de cliquer sur play dans la barre de lecture ci-dessus ou en cliquant sur le lien suivant.

Qui n’a pas rêvé de changement dans sa vie ? Qui n’a pas déjà pris des bonnes résolutions ? Que ce soit de faire plus de sport ? Manger mieux ? S’adonner à sa passion ? Etc.

Malheureusement une fois le temps passé de la nouveauté et des bonnes résolutions, notre motivation s’essouffle à la vitesse d’un pneu percé.

Je t’avoue que comme beaucoup, j’ai été confronté à ce problème de nombreuses fois.

Mais pourquoi est-il si dur d’inscrire sa nouvelle résolution dans la durée alors que l’on sait pertinemment qu’il nous serait bénéfique de persévérer ?

Les 5 facteurs majeurs qui nous amènent à abandonner nos bonnes résolutions

1. Notre Motivation

Un des premiers facteurs est que notre motivation, chaque jour, est limitée. Celle-ci s’épuise au cours de la journée au fur et à mesure que l’on puise dedans pour accomplir telle ou telle tâche.

C’est pourquoi beaucoup de choses nous semblent demander beaucoup plus d’effort en fin de journée que le matin. Bien entendu, cela est aussi lié en partie à la fatigue physique et mentale, mais pas que… En effet, l’épuisement de notre motivation y est pour beaucoup.

Il est souvent plus difficile d’accomplir quelque chose en l’absence totale de motivation que d’aller au-delà de notre fatigue physique ou mentale pour réaliser quelque chose qui nous motive.

2. Une bonne résolution sans date de fin

Un autre facteur tout bête est l’absence de date de fin.

Il est primordial d’avoir une date de fin (et aussi des échéances intermédiaires) car comment aller au bout de quelque chose qui est infini, pas facile en effet me diriez-vous.

Typiquement la bonne résolution qui consiste à se dire « à partir de maintenant, je vais manger sain» a de grandes chances d’être remisée au placard après quelques semaines.

3. Des bonnes résolutions trop floues ou non atteignables

Un autre paramètre important est que notre résolution est mal définie ce qui va conditionner dans de nombreux cas son échec. Elle peut être trop floue, trop ambitieuse, pas réaliste du moins de la manière qu’on s’apprête à la réaliser, etc. Je reviendrai plus en détail sur l’importance de bien définir sa résolution (ou n’importe quel objectif que l’on souhaite atteindre) à travers un autre article. Si cela vous intéresse, dites-le moi simplement dans les commentaires en bas.

Notre motivation n’est pas un réservoir illimité dans lequel on peut puiser sans fin. De plus, sa quantité peut être très variable d’un jour à l’autre selon différents facteurs. Certains facteurs sont propres à soi-même (notre humeur, nos envies, etc.) et d’autres sont extérieurs (météo, ambiance, environnement, sources de distraction, etc.). Il est donc hasardeux de vouloir se reposer sur quelque chose d’aussi imparfait pour tenir une résolution qui nous tient à cœur dans la durée.

Mais si on ne peut pas puiser à grands coups de louches dans sa motivation pour aller au bout de ses résolutions, dans quoi puiser alors ?

Sa volonté peut être ?

4. Le manque d’intention ou de volonté

La volonté est plus comme un muscle, il est plus facile de la développer (la motivation se développe aussi mais dans une moindre mesure).

La volonté est le fait d’être prêt à agir pour obtenir le résultat que l’on a librement décidé.

Derrière une volonté, se cache une intention d’aller vers (ou contraire de ne pas aller vers) quelque chose. Lorsqu’on fonctionne uniquement à la motivation pour réaliser notre résolution, on est un peu comme un âne qui marche après une carotte, c’est la carotte (le résultat final) qui nous motive avant tout. Alors que la volonté, c’est plus une intention délibérée de notre part d’agir avec fermeté vers un objectif qu’on s’est donné. Et nous y allons avec fermeté, car nous savons que ce n’est pas du tout cuit, qu’il y aura des obstacles à passer sur le chemin.

Prenons un exemple simple : on peut avoir la bonne résolution comme faire 2 sessions de 45 min de sport par semaine pendant 2 mois. Vous remarquerez que cet objectif est tout sauf flou et qu’il est limité dans le temps. Derrière cette volonté se cache une intention qui varie d’une personne à l’autre. Bien souvent, il s’agit même de plusieurs intentions dont nous n’avons pas forcément conscience dans leur intégralité. Dans l’exemple ci-dessus, il peut s’agir de :

  • perdre du poids,
  • déstresser (les fameuses endorphines libérées lors d’une activité sportive),
  • avoir une meilleure allure,
  • avoir plus d’énergie,
  • rencontrer du monde,
  • partager un moment avec ses amis,
  • être dans la nature,
  • etc.

Et plus on est conscient des différentes raisons profondes de cette intention et plus on a de leviers supplémentaires pour que notre volonté nous aide à passer les obstacles et les trous d’air.

5. Le poids de nos anciennes habitudes

Un autre paramètre important qui nous fait échouer est le poids de nos propres habitudes. Celles-ci sont très tenaces car elles sont ancrées profondément en nous et constituent une base de réflexes plus ou moins inconscients. Vouloir combattre de front une vieille habitude est chose très ardue.

Imaginé (ou peut-être pas besoin d’imaginer, c’est peut-être du vécu) qu’une fois votre journée de travail est finie, que le dîner est fait, que toute la famille à manger, que vous vous êtes occupés de vos enfants et que ceux-ci sont endormis, vous ayez l’habitude de vous relaxer assis ou allongé sur votre canapé en regardant vos séries, émissions préférées ou un bon film. Or, vous aviez pris la bonne résolution d’aller courir 3 fois le soir par semaine. Eh bien là, ça ne va pas être de la tarte, car vous êtes profondément conditionné sur un rituel et que pour tenir votre résolution sur le long terme, il va falloir batailler ferme. En effet, vous n’aurez peut-être pas trop de mal à faire les premières séances, mais la fatigue, la météo, une mauvaise journée au travail, une douleur musculaire ou autre seront d’autant de raisons de reporter et reporter encore des séances. Avec l’effet pernicieux en plus de vous donner mauvaise conscience, de vous dévaloriser (vous ne tenez pas vos résolutions, etc.), cela même nuira également à la réussite de vos prochaines résolutions car inconsciemment vous penserez que vous ne les tiendrez pas en pensant aux expériences précédentes.

Bon, ça commence à m’énerver cette affaire, si je ne peux pas compter sur ma motivation, ni sur ma volonté, sur quoi je peux compter alors ! Je ne vais pas m’acheter un clone et le payer pour qu’il fasse du sport à ma place quand même !!!

Ah oui pardon, venons-en au fait :

La fameuse méthode quasi-infaillible

Si vous voulez ancrer dans la durée un changement et faire en sorte que votre résolution ne reste pas au stade de simple résolution, mais que ce changement fasse partie intégrante de votre vie sans avoir à puiser trop fortement dans votre motivation et volonté, alors il faut en faire une Habitude. D’ailleurs, je n’ai pas dit que la motivation et la volonté n’étaient pas toutes 2 utiles, bien au contraire, elles ont leur utilité, mais à un moment ciblé et pour une durée donnée.

Pour rendre les choses faciles, il faut utiliser le trio motivation/volonté/habitude à la manière des étages de propulsion d’une fusée (du moins un peu à la manière, car dans les faits, on va utiliser simultanément ces 3 réservoirs). Mais pour mieux comprendre qui sert à quoi et à quel moment, faisons cette analogie en prenant le cas du décollage de la fusée Ariane 5 :

  • Ce sont les réservoirs latéraux (étages d’accélération à poudre) de la fusée qui vont fournir une énergie puissante et courte (2 min environ) qui va permettre le décollage de la fusée. Votre motivation fonctionne de la même manière, c’est elle une fois gonflée à bloc qui va vous permettre d’accomplir vos premiers pas (souvent les plus durs d’ailleurs).
  • Une fois les 2 min passées, c’est l’étage principal cryotechnique qui va prendre le relais et ce tout au long de la traversée de la fusée dans l’atmosphère. Votre volonté est comme ce second moteur, car c’est au moment où les obstacles commencent à poindre le bout de leur nez et que votre motivation s’essouffle que la volonté est particulièrement utile. C’est elle qui va vous permettre de passer cette phase difficile (que l’on peut comparer à la traversée de l’atmosphère pour une fusée). En effet, c’est pendant cette phase que l’environnement est le plus hostile et qu’il faut vaincre la gravité (comprenez le poids de nos vieilles habitudes).
  • À la manière de la fusée Ariane 5 qui allume son moteur de l’étage supérieur pour maintenir son cap jusqu’à la position de largage du satellite, c’est la mise en place effective d’une habitude qui vous permettra de maintenir la fréquence de réalisation de votre résolution jusqu’à votre objectif final sans tomber en panne sèche subitement.
bonnes-resolutions-motivation-volonte-habitude-analogie-fusee

À travers cette analogie, je voulais vous faire prendre conscience :

  • qu’il est primordial de bien préparer sa résolution en amont (bien définir son intention, son objectif, la date de fin, etc.).
  • que la motivation est un puissant moteur, mais que celui-ci s’essouffle rapidement et que notre volonté est importante pour lui prendre le relais.
  • que la volonté bien que plus durable, à elle seule ne suffit pas, car si nous avons une volonté forte, mais que nous ne faisons jamais ces premiers pas (le décollage de la fusée) alors cela restera une simple intention qui ne se concrétisera pas par nos actions.
  • Et le dernier point, le plus important, que si on échoue si souvent dans nos résolutions c’est qu’on oublie de démarrer (ou simplement qu’on ignore même son existence) le troisième moteur (l’habitude), celui qui nous amène au point de largage du satellite (notre objectif).

Créer une habitude

Alors c’est donc ça l’ingrédient magique, créer une habitude ? Magique non, très puissant oui.

Je vous avoue que j’étais un peu sceptique sur le pouvoir des habitudes au tout début, mais après l’avoir expérimenté par moi-même à plusieurs reprises sur des résolutions que je n’avais jamais réussi à tenir sur long terme dans le passé, j’ai pu me rendre compte à quel point cela peut être puissant et combien cela minimise l’énergie à mettre en jeu pour réaliser ces objectifs.

Oui, mais cela ne s’improvise pas, pour mettre toutes les chances de votre côté il y a une méthode quasi-infaillible qui permet de mettre en place une habitude sans gros effort, et ce, dès le début afin de ne pas avoir à taper beaucoup dans votre réservoir 1 (motivation) et 2 (volonté). Idéalement, il faut créer cette habitude en remplacement d’une autre habitude que l’on souhaite se débarrasser, cela permet d’avoir un double effet Kiss Cool et aide à ancrer la pratique de la nouvelle habitude.

Si vous souhaitez que j’écrive un article sur cette méthode quasi-infaillible de créer une habitude, dites-le moi dans les commentaires ainsi que l’habitude que vous souhaiteriez mettre en place (soyez précis et définissez une date de fin) et celle que vous souhaiteriez abandonner.

A très vite, en espérant que cet article vous aura plu autant qu’il m’a plu de partager son contenu avec vous.

Partager l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  

4 Comments

  • Y-Lan Nguyen-The

    Très intéressant cet article !

    J’essaie toujours de trouver de nouvelles méthodes pour gagner en efficacité et atteindre mes objectifs. En général, je tiens bien mes résolutions mais au delà de la motivation et de la volonté, c’est parce que pour moi, la notion d’engagement est profondément ancrée. Par exemple, je tiens mes promesses, mes engagements et je vis très mal de ne pas tenir une deadline (c’était d’ailleurs mon point fort quand j’étais salariée, je disais qqch, je le faisais).
    Aujourd’hui, quand je me fais une promesse, j’ai même du mal à ne pas la tenir si cela n’a pas de sens parfois. Je dois faire très attention. J’ai tenu mon défi 52 tuto en 52 semaines sur mon blog ainsi que mes 30 vidéos en 30 jours et je suis une adepte de la méthode smart.
    Pour autant, je sais que je peux faire encore mieux.
    Sur les habitudes, bizarrement, j’ai plus de mal car je ne les lie pas forcément à un engagement. J’ai testé le Miracle Morning pendant plusieurs mois (en tout cas, plus que 21 jours) et pour le moment, je ne le fais plus. Je compte le reprendre à un moment où j’en ressentirai plus la nécessité. Mais parfois, j’ai du mal à m’adapter aux facteurs extérieurs (par exemple, ma fille qui se (et me) réveille 2-3 fois par nuit.

    • Johann

      Coucou Y-Lan,

      Chapeau, tu as une grande discipline dans la réalisation de tes engagements, c’est top. Si tu regardes ma réponse au commentaire de Johanna tu verras que j’évoque les mini-habitudes. Je recommande vraiment de commencer par une mini-habitude, une mini-habitude c’est un engagement fort (je sens que cela devrait te plaire) dans le sens où le niveau est tellement petit qu’on se doit de la réaliser chaque jour (autant dire que le Miracle Morning n’est pas une mini-habitude en soi). J’ai essayé le Miracle Morning aussi, je n’ai pas de problème à me réveiller le matin ce qui est cool en soit, par contre ce n’est pas fait du tout pour moi le Miracle Morning. Ce n’est pas non plus pour la plupart des personnes (choses qu’on oublie de dire !!) car cela va à l’encontre de certains chronotypes (ours et loup voir la chronobiologie pour plus d’infos) car le Miracle Morning c’est bien pour les chronotypes de type lève tôt (lion et dauphin) qui ne représentent pas la majorité de la population. En fait pour être exact on a un mélange de plusieurs chronotypes avec des % différents. Pour les réveils des petits loup dans la nuit, je connais bien aussi et je n’ai pas de solution, il faut prendre cela en compte dans le niveau que tu te fixes pour ta mini habitude sachant que la grande majorité des jours tu feras plus que ta mini-habitude. J’espère que ma réponse te sera utile. Encore merci pour ton commentaire et retour. Johann

  • Johanna Andria

    Bonjour,

    L’analogie avec la fusée est vraiment très parlante ! Je confirme que créer une nouvelle habitude peut vraiment être galère d’autant que les réserves de volonté sont tout de même limitées, il faut en tenir compte. Si j’avais une habitude prioritaire à mettre en place, ce serait faire à minima 1heure d’exercice physique par jour. J’ai noté que c’était ce qu’il me fallait pour être en forme. C’est ce qui conditionne la bonne réalisation de toutes mes autres priorités.Malheureusement, dès qu’un imprévu ou un changement d’meploi du temps qui vient perturber le rythme habituel, cette habitude passe à l’as.

    • Johann

      Coucou Johanna,

      Merci pour ton commentaire très intéressant.
      Top déjà tu connais ton habitude prioritaire, ce qui est déjà un premier grand pas : )

      Je suis tout à fait d’accord avec toi que réussir à faire 1heure de sport par jour une habitude d’emblée n’est pas chose facile à tenir pour plein de raisons.

      C’est pourquoi, je te conseillerai de commencer par une mini-habitude comme faire 15 min de sport chaque jour pendant 8 semaines (il est important de se fixer une date de fin) et d’utiliser le mécanisme d’instauration d’une habitude (signal – routine – récompense). Si tu télécharges mon Bonus, tu pourras créer ton poster d’habitude, voir comment instaurer au mieux ta nouvelle mini habitude prioritaire et tu y trouveras également des conseils utiles pour tenir cette habitude prioritaire. Bien entendu le fait d’avoir 15 min de sport ne t’empêche pas d’en faire 1h les jours où tu peux mais même 15 min sera ta durée mini même si tu as que très peu de temps (tu mettre la barre à 5 ou 10min si tu préfères).
      J’espère que cela t’aidera à atteindre ton objectif ; )
      @ bientôt
      Johann

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

velit, massa ante. libero Lorem leo