Habitude-brossage-dents-enfants

La puissance des habitudes

1. Qu’est-ce qu’une habitude ?

Il existe de nombreuses définitions d’une habitude en voici 2 que je trouve particulièrement intéressantes :

« Une habitude désigne une manière de se comporter ou d’agir, dans les domaines moteur et intellectuel. Elle est acquise par apprentissage et, surtout, par répétition. Par ailleurs, dans l’usage commun, le mot habitude recouvre des activités qui incluent généralement une composante motrice »

Source : Carnet de psycho

« L’habitude est une disposition acquise, relativement permanente et stable, qui devient une sorte de seconde nature. Elle est en quelque sorte un pouvoir qui facilite l’effort

Source Wikipédia

Ce qu’il faut retenir : une habitude, ça s’apprend, et c’est avant tout la répétition qui permet d’ancrer le comportement ou la façon d’agir de manière permanente dans notre cerveau.

2. Comment les habitudes influencent-elles nos vies ?

Les habitudes dirigent notre vie à un niveau dont on n’a pas forcément pleinement conscience. Une fois rentré dans la vie active, 40% au moins de nos comportements sont effectués de manière inconsciente/automatique. Plus notre mode de vie est routinier, et plus ce pourcentage est élevé.

De notre lever du lit, à la préparation de notre petit-déjeuner ou café, au brossage de dent, à la façon de fermer la porte d’entrée, d’aller d’un point A à un point B, beaucoup de nos faits et gestes du quotidien se font de manière quasi-automatique, sans trop effort. Ne vous est-il pas déjà arrivé de conduire de manière automatique et vous dire « tient je suis déjà arrivé » ?

Dès l’enfance, nos parents nous ont initié à des rituels, que ce soit le rituel pour le coucher, pour passer à table ou se brosser les dents. Le rituel du coucher est sûrement un des rituels les plus importants pour de jeunes parents tellement il peut influencer sur le bon endormissement de l’enfant et ainsi rendre la soirée et la nuit bien plus agréable pour toute la famille. Il permet de rassurer l’enfant, de l’apaiser et de le préparer petit à petit à s’endormir. Tout bébé ou jeune enfant a besoin de moments de douceur pour faire une nuit sereine.

Ensuite à l’école également nous apprenons de nombreux rituels, se mettre en rangs, lever la main pour poser une question, se laver les mains, prendre son stylo d’une certaine manière, etc.

Et plus nous avançons dans la vie et plus nous accumulons des habitudes.

La quasi-totalité des grands sportifs, des speakers, artistes ou autres ont leur propre routine avant de rentrer en scène. Que ce soit pour les aider à gérer leur stress, à se concentrer ou mobiliser leur énergie, ils sont influencés par leur pratique.

Voici ce que confiait en 2015 au Guardian l’athlète le plus titré de l’histoire des jeux olympiques, le nageur américain Michael Phelps (28 médailles dont 23 d’or) :

Toute ma carrière, avant chaque course, j’ai pris des écouteurs avec moi. J’écoute de la musique jusqu’au tout dernier moment, ça m’aide à me relaxer et à me mettre dans mon petit monde.

Michael Phelp.

Michael Jordan, joueur légendaire de la NBA, était connu pour porter sous sa tenue de match son short porte-bonheur. C’est le short qu’il portait en 1982 lors de la victoire du championnat universitaire où il inscrivit le panier décisif en toute fin de partie. Michael Jordan répéta ce rituel jusqu’à la fin de sa carrière en NBA.

3. A quoi servent les habitudes et pourquoi notre cerveau est-il friand des habitudes ?

A la manière d’un cuisinier professionnel qui coupe ses légumes à la vitesse éclaire sans se couper un doigt, les habitudes nous aident tous les jours à exécuter des taches rapidement, sans effort et en minimisant le risque de se tromper. Cela est rendu possible par une connaissance bien maîtrisée du processus menant au résultat, acquise au fil des nombreuses répétitions.

Le cerveau a une tendance naturelle à rechercher des moyens d’économiser de l’énergie. C’est pour cela qu’il transforme les tâches répétitives en habitudes, moyens très efficaces pour minimiser l’effort d’exécution d’une tâche. En effet, c’est un peu comme si notre cerveau disposait de mini-logiciels déjà testés et validés qui s’auto-exécutent tout seul lors de l’apparition d’un signal précis. Nul besoin pour lui de mobiliser de nombreuses ressources pour redéfinir un processus sur-mesure ou de taper une à une les lignes de codes puis devoir surveiller en permanence la bonne exécution du programme.

« En effet, penser à un prix ! La routine aide le cerveau à économiser de l’énergie et à minimiser les risques. D’un point de vue neurobiologique, cette mesure est non seulement utile, mais nécessaire à la survie

Prof. Gerhard Roth, chercheur en neurosciences et philosophe

4. Les 3 étapes du fonctionnement d’une habitude ?

Le cas d’Eugene Pauly

La compréhension du fonctionnement des habitudes a considérablement progressé grace à l’étude du cas de l’amnésie très particulière d’Eugene Pauly. Celui-ci suite à une encéphalite virale a subi d’importantes lésions cérébrales (au niveau du lobe temporal médian responsable de la formation de la mémoire long terme mais aussi une destruction de l’amygdale et l’hippocampe) le privant ainsi de sa mémoire de ses 40 dernières années et réduisant sa capacité d’apprendre à quasi zéro.

Le cas d’Eugène était particulier car il était incapable d’apprendre des nouvelles choses mais par contre il était capable d’apprendre de nouveaux comportements malgré son amnésie à force de répétition. Ainsi à travers les très nombreux tests menés par Larry Squire et d’autres chercheurs du MIT, il a été possible de mettre en évidence le rôle joué par les ganglions de base dans l’apprentissage et la mémorisation des habitudes.

La boucle des habitudes

L’étude de son cas a permis de faire des avancées considérables dans la compréhension de la mémoire et du mécanisme des habitudes. Ces travaux ont permis par la suite de caractériser une habitude comme une boucle formée par les 3 étapes suivantes :

1. Un signal déclencheur (cue en anglais)

2. Une routine

3. Une récompense

Boucle_habitudes_Charles_Duhigg
The Habit Loop (La boucle de l’habitude)

Source: The Power of Habit: Why We Do What We do in Life and Business par Charles Duhigg

Voici comment se déroule une habitude :

· Un signal/stimuli dit au cerveau quelle routine choisir et déclenche la réalisation de celle-ci.

· Le signal initie un processus connu et maîtrisé (routine) qui peut être un comportement physique, mental ou émotionnel.

· Ce comportement débouche sur une récompense. La récompense permet de s’assurer de la bonne réalisation de la routine. Elle aide aussi le cerveau à définir si cette boucle mérite d’être mémorisée.

Charles Duhigg dans son livre The power of habits donne plusieurs exemples de boucle des habitudes. En voici 2.

L’histoire de Pepsodent

Il y raconte l’histoire d’Hopkins qui au début du 20ième siècle utilisa la boucle des habitudes pour vendre le dentifrice Pepsodent et faire en sorte que les américains et américaines, qui étaient alors que 7% à se brosser régulièrement les dents, adoptent le brossage de dents comme une habitude de vie.

Si on traduit cela selon le concept de la boucle des habitudes, cela donne :

· Signal : c’est l’heure de partir travailler.

· Comportement : je me brosse les dents avec le Pepsodent.

· Récompense : j’ai une bouche fraîche et un beau sourire avec de belles dents.

Boucle_habitudes_Pepsodent
Source: The Power of Habit: Why We Do What We do in Life and Business par Charles Duhigg

10 ans plus tard, le taux de personnes se brossant les dents quotidiennement était de 65%.

L’histoire de Febreze

Une autre histoire narrée par l’auteur est celui du produit que nous connaissons tous très bien, le destructeur d’odeur Febreze commercialisé par P&G. Bien qu’à l’époque Febreze soit un produit révolutionnaire (celui-ci au lieu de masquer les odeurs les détruisait), il se vendait assez mal. En effet l’absence d’odeur est très difficile à remarquer en soi. P&G changèrent de stratégie marketing et d’un produit inodore, ils y ajoutèrent une légère odeur parfumée en montrant que Febreze était le produit idéal à utiliser à la fin de son ménage pour que son intérieur ait une odeur fraîche et agréable.

Si on traduit cela selon le concept de la boucle des habitudes, cela donne :

· Signal : fin du ménage.

· Comportement : je prends Febreze et je le pulvérise.

· Récompense : je sens une douce odeur de parfum dans mon intérieur.

 

4. Comment tirer parti du pouvoir des habitudes ?

OK, désormais, je vois bien ce qu’est une habitude ? Comment elle fonctionne ? En quoi elle est nécessaire et utile à mon cerveau ? Mais moi, concrètement, sachant tout cela, comment puis-je en tirer parti dans ma vie de tous les jours ?

Avant d’y répondre, faisons un rapide détour pour voir les inconvénients des habitudes sur notre vie :

· Nos comportements sont conditionnés en grande partie par des habitudes que nous avons acquises il y a des années de cela et qui sont profondément ancrées,

· Une partie importante de ces habitudes sont désormais obsolètes et nous desservent tous les jours,

· Une fois une habitude installée, il très difficile de s’en défaire (à moins d’avoir appris la méthode efficace pour le faire),

· Nos habitudes une fois ancrées agissent comme des réflexes inconscients et donc nous réalisons des routines sans trop y prêter attention en mode automatique.

Voilà donc comment chacun peut tirer parti de la connaissance du mécanisme des habitudes :

  • Premièrement, cela va vous permettre de prendre conscience de vos propres habitudes et de mieux comprendre ce qui les déclenchent (signal) et ce qui les entretient (récompense) et donc de pouvoir déclencher plus souvent vos bonnes habitudes pour les renforcer et tenter de limiter le signal déclenchant vos mauvaises habitudes.
  • Deuxièmement, vous connaissez désormais, si ce n’était pas encore le cas, les 3 éléments indispensables à la création de toute nouvelle habitude (signal – routine – récompense) et donc vous pouvez vous créer en toute conscience des habitudes qui vous sont positives et vous font avancer dans vos choix de vie.
  • Enfin en combinant les deux points ci-dessus, cela vous permettra de remplacer une mauvaise habitude par une nouvelle habitude qui vous soit directement profitable.
clip_image004

La phrase suivante de Stephen R. Covey extraite de son livre “Les 7 habitudes de ceux qui réalisent tout ce qu’ils entreprennent explique bien tout l’intérêt pour soi de maîtriser le mécanisme des habitudes et de choisir délibérément ses habitudes.

“Qui sème une pensée récolte une action, qui sème une action récolte une habitude, qui sème une habitude récolte un caractère, qui sème un caractère récolte un destin”

Stephen R. Covey

5. Les habitudes sont-elles plus fortes que notre motivation et volonté ?

Je vois déjà la question suivante arriver : « Mais pourquoi créer une habitude, on peut très bien réaliser des choses bonnes pour soi grâce à notre motivation ou volonté ? ».

Oui, tout à fait, mais tout dépend de la fréquence et de la durée auxquelles on souhaite accomplir ces choses.

S’il s’agit de quelque chose que vous souhaitez réaliser très souvent ou pendant une période de temps assez longue, plusieurs trimestres voire années d’affilés, mieux vaut instaurer une habitude.

Après, s’il s’agit de choses que vous allez réaliser que de manière très épisodique, nul besoin d’essayer de créer une habitude.

Si vous voulez savoir pourquoi il est indispensable d’économiser notre motivation et volonté et comprendre comment utiliser de manière conjointe et efficace votre trio MOTIVATION – VOLONTÉ – HABITUDE, je ne peux que vous conseiller de lire l’article suivant qui vous en apportera les réponses :

Pourquoi nos bonnes résolutions sont vouées à l’échec ?

6. Comment transformer un comportement ou action en habitude ?

C’est toute La Question. Je ferai la semaine prochaine un article dédié pour y répondre en détail.

En attendant, n’hésitez pas à me dire dans les commentaires si cet article vous a plu et quelle nouvelle(s) bonne(s) habitude(s) vous souhaiteriez mettre en place.

@ Très vite

Johann

Partager l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

at neque. sit leo. lectus elit. Donec libero dictum