resister_aux_symptomes_stress

Comment se prémunir des symptômes du stress et mieux y résister ?

J’ai trouvé la conférence TED de Kelly McGonigal ‘’How make stress your friend’’ super intéressante que je voulais absolument la partager avec vous. Elle pourrait vous être bénéfique dans votre vie perso et pro en vous apprenant comment limiter les symptômes du stress.

Je vous ai préparé un bref résumé ci-dessous, qui expose les principaux points de cette conférence ainsi que quelques clés pour vous aider à mettre en pratique les enseignements de celle-ci.

Et si notre vision du stress et des symptômes du stress était encore plus néfaste sur notre santé que le stress en lui-même ?

C’est clairement ce que suggère Kelly McGonigal en disant que la vision selon laquelle le stress représente un risque important pour notre santé peut être un facteur de mortalité très significatif.

Ce que nous dit une étude faite sur 30 000 américains

Kelly McGonigal nous explique dans cette conférence les résultats d’une étude menée pendant 8 ans auprès de 30 000 américains.

Les deux faits principaux de cette étude rapportés par Kelly McGonigal sont :

1. les personnes ayant été soumises à un niveau de stress important ont 43% plus de chances de mourir[1]. Que l’accroissement du taux de mortalité de 43% concerne uniquement les personnes qui considèrent le stress comme dangereux pour leur santé

2. Que les personnes ayant été soumises à un niveau de stress important, mais qui considèrent que le stress n’est pas une menace pour leur santé ont moins de chance de mourir que les personnes soumises à peu de stress et qui considèrent le stress dangereux pour leur santé.

Le fait même de concevoir le stress comme quelque chose de dangereux pour notre santé finit par le rendre réellement dangereux. Cela va à l’encontre de la pensée commune qui est véhiculée à savoir que le stress peut-être très nocif pour notre santé. Ce qui n’est pas faux en soi, mais dans cette approche, on se focalise principalement sur les conséquences des symptômes du stress et non sur les effets potentiellement bénéfiques du stress.

Changer notre vision du stress en prenant conscience que le stress nous est utile avant tout, apparaît ainsi comme nécessaire pour se prémunir efficacement des mauvais symptômes du stress.

mauvais-symptomes-stress
Crédit photo: Image by Mary Pahlke from Pixabay

A ce sujet, on fait de plus en plus de différence entre le bon stress et le mauvais stress. C’est un peu comme le cholestérol, il y a le bon et le mauvais : )

Est-ce qu’en changeant de vision du stress, on peut modifier sa réponse physiologique au stress ?

Changer de vision pour préserver son système cardio-vasculaire

Une étude menée sur des américains a montré que les principaux effets biologiques restent le même à l’exception de la dilatation des vaisseaux sanguins. Il a été constaté chez les personnes qui perçoivent le stress, non comme néfaste pour leur santé, mais au contraire comme quelque chose d’utile qui les aide à les préparer à relever un défi, qu’elles étaient moins anxieuses et plus confiantes leur permettant ainsi de rester plus calme. Le fait remarquable chez ces personnes, et que même soumis au stress, leurs vaisseaux sanguins se dilataient presque pas, ce qui était moins préjudiciable pour leur santé vasculaire et qui peut faire une différence importante, notamment en cas de stress récurrent, aussi appelé stress chronique.

Et si changer de vision sur le stress pouvait nous amener à être plus social ?

L’ocytocine[2] est une hormone bien connue dans son rôle au niveau du cerveau et aussi connue comme hormone du plaisir (stimule l’empathie, l’envie de contact physique, etc.) et son rôle dans les relations sociales. Mais l’ocytocine joue un rôle important également au niveau de notre corps. Sa principale fonction au niveau du corps est de protéger notre système cardiovasculaire. En effet, cette hormone va aider à la régénération des cellules du système cardiovasculaire endommagées par le stress, notre cœur lui-même est équipé de bio-récepteurs de cette hormone.

L’ocytocine est aussi une hormone qui est émise lorsqu’on a des relations humaines de qualité ou lorsqu’on aide les personnes. Et donc en passant plus de temps de qualité avec les personnes qu’on apprécie, on sécrète plus d’ocytocine permettant ainsi à la fois de mieux protéger notre système cardio-vasculaire, mais aussi de mieux récupérer suite à un épisode de stress.

Une expérience faite sur 1000 américains de 34 à 93 ans, a montré l’importance des relations sociales pour se prémunir des mauvais symptômes du stress. Il a été posé aux 1000 participants les 2 questions suivantes :

· A quel niveau de stress avez-vous été exposé l’année passée

· Combien de temps avez-vous passé pour aider votre famille, vos amis, vos voisins, votre entourage ?

Les personnes qui avaient passé du temps à s’occuper des autres, et qui avaient connu un niveau de stress important, n’avaient pas d’augmentation du risque de mortalité lié au stress.

Comment devenir plus résistant au stress ?

Changer sa vision du stress

vision_stress
Crédit photo: Image by Lars_Nissen_Photoart from Pixabay

Pour cela, quand un épisode de stress survient, rappelez-vous qu’en fait votre corps se prépare pour vous aider à relever le défi auquel vous faites face, peu importe la taille du défi. Et plutôt que de chercher à se calmer à tout prix, accepter ce changement et accompagner le, en respirant plus lentement et profondément, pour avoir une meilleure oxygénation de votre cerveau et des cellules de votre corps.

Agir différemment en cas de stress en s’ouvrant aux autres

En cas de stress, plutôt que de se replier sur soi et subir le stress, cherchez dans la mesure du possible à faire une des actions suivantes :

1. Chercher de l’aide

2. Apporter son aide

3. S’aider mutuellement

En cas de forte période de stress, pensez à vous prémunir en passant plus de temps avec vos proches et les personnes qui comptent pour vous, cela vous aidera à récupérer plus vite des épisodes de stress et à vous rendre plus résilient au stress.

Faire du sport, écouter (ou faire) de la musique, s’amuser, rigoler, regarder un bon film, prendre son temps, se balader en nature, etc. sont autant d’autres bons moyens de mieux résister aux effets du stress.

discussion-relations_sociales_stress
Crédit photo: Image by rawpixel from Pixabay

La philosophie que je retiens de cette conférence

Sans pour autant rechercher les situations stressantes, il peut être moins néfaste pour notre santé de faire l’expérience de niveau de stress important à condition d’avoir une vision positive du stress, le bon état d’esprit (ouverture aux autres et confiance en soi) et des liens sociaux de qualité que d’être soumis à un faible niveau de stress en cherchant à tout prix à fuir toute situation stressante. En effet dans ce dernier cas, on envoie le signal à notre cerveau que je ne suis pas capable de faire face à cette situation alors que dans le cas contraire, on fait confiance à ses capacités et à son entourage pour nous aider à gérer les situations qui se présenteront à nous.

De plus, chercher à fuir en permanence l’inconfort n’est pas une bonne stratégie de vie et nous éloigne de ce qui peut nous apporter connaissance, joie et sens.

C’est à vous

Repensez à des périodes de votre vie où vous étiez soumis à beaucoup de stress et pour autant, vous avez bien vécu ce stress ?

Quels ont été les facteurs qui vous ont aidé à bien vivre ces moments intenses ?

Si cette conférence vous a plu, je vous encourage à la partager avec les personnes qui vous sont chères. Vous leur rendrez ainsi service en les aidant à votre tour à se prémunir des symptômes du stress tout en leur permettant de vivre plus longtemps et en bonne santé.

Pour voir la conférence TED cliquez sur le lien How make stress your friend


[1]Does the perception that stress affects health matter? The association with health and mortality”, Keller A, Litzelman K, Wisk LE, Maddox T, Cheng ER, Creswell PD, Witt WP. Health Psychology, September 2012

[2]L’ocytocine : hormone de l’amour, de la confiance et du lien conjugal et social”, Rémy C. Martin-Du Pan,  Rev Med Suisse 2012, volume 8. 627-630

Partager l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  

2 Comments

  • André

    Pas mal l’ocytocine. En effet. J’ai cru pendant un temps que ça ne touchait que les femmes enceinte. Heureusement tout le monde y à droit ! Moi ce que je fais pour transformer le stress en stimulant positif c’est de jouer de la musique entre deux séances de travail.

    • Johann

      Bonjour André, merci pour ton commentaire : )
      Effectivement j’ai oublié de préciser qu’il y a différents types d’ocytocine. Je viens justement de rajouter un lien, en toute fin d’article, qui pointe vers un article issu de la Revue Médicale Suisse qui parle du rôle de l’ocytocine en tant qu’hormone de l’amour, de la confiance et du lien conjugal et social.
      “il faut distinguer l’ocytocine libérée dans la circulation à partir de la posthypophyse où elle agit comme une hormone, notamment sur le sein et sur l’utérus, de l’ocytocine intracérébrale, qui agit comme un neuromédiateur et joue un rôle dans les émotions et les comportements”.

      Jouer de la musique est une super façon de se ressourcer, tu as bien raison. Le tout est de ne pas stresser tes voisins, selon l’heure à laquelle tu joues 🙂

      En te souhaitant une très bonne soirée
      Johann

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

vel, accumsan odio at felis ut luctus